36e jour de grève de la faim : Libre Flot transféré à l’hopital de la Salpêtrière (Paris)

Nous sommes le lundi 04 avril, une Journée Internationale de Solidarité avec Libre Flot a eu lieu, avec notamment des actions devant les ambassades et consulats français en Grèce (8 arrestations) et en Suisse, mais aussi à Bristol, Toulouse, Paris, Morlaix, demain Marseille, hier Saint Nazaire, Limoges, Albi, etc…

Fil nitter : https://nitter.net/search?f=tweets&q=Libre+Flot

Après 36 jours de grève de la faim, le juge décide de s’enfoncer dans son inhumanité profonde et continue d’accomplir sa mission qui est de détruire notre ami pour l’empêcher de se défendre face aux accusations qui lui sont faites. Il n’a pas bougé d’un poil sur sa détention.

Les médecins qui s’occupent de lui à l’hopital pénitentiaire de Fresnes ont décidé de demander son transfert vers un hôpital mieux équipé si jamais il devait tomber dans le coma. Son état de santé étant très inquiétant, il a perdu beaucoup trop de poids, son coeur bat très lentement et s’affole dès qu’il se lève, le personnel soignant de Fresnes juge nécessaire pour sa vie de le transférer.

Mais le juge quant à lui, prefère avoir un « présumé innocent » mort qu’un présumé coupable qui se défend dans la dignité.

Jean-Marc Herbaut, y a-t-il encore des êtres humains derrière vos dossiers?

 

 

Journée de Soutien International pour Libre Flot!

RETROUVEZ TOUTES LES ACTIONS DE SOUTIEN ICI
🖤 ✊ 🔥 😎 🧨👊 🎆 🌍 🥲 💥 ❤️

 

COMMUNIQUE DE L’INITIATIVE LIBERTAIRE THESSALONIQUE
Publication d’origine

Le 8/12/2020, le camarade Florian, dit Libre Flot, après des mois de surveillance intensive, est arrêté lors d’une opération spéciale du service Français de lutte contre le terrorisme. Le même jour, 9 autres personnes sont arrêtées. Avec Libre Flot, 7 de ces 9 personnes seront accusées d’être « membres d’une organisation criminelle planifiant un attentat terroriste ». Dans ce dossier, les autorités Françaises ont choisi de désigner Libre Flot comme chef de cette organisation criminelle présumée. Les personnes arrêtées ont été capturées par les autorités Françaises dans différentes villes et, comme elles l’ont dit, tout le monde ne se connaît pas du tout. Finalement, les autres personnes arrêtées/arrêtées, à l’exception de Libre Flot, ont été libérées, à des conditions restrictives, après quelques mois de détention provisoire et attendent d’être jugées.

Le camarade Libre Flot est pris pour cible et persécuté politiquement par l’État Français pour avoir combattu en tant que combattant volontaire dans les rangs des Unités de protection du peuple (YPG) contre l’État islamique. Il a participé activement aux batailles pour la libération de Raqqa, le bastion de l’État islamique en Syrie. Libre Flot, en tant que combattant internationaliste, a participé activement au projet révolutionnaire de libération des peuples du nord et de l’est de la Syrie, combattant arme à la main aux côtés de combattantes et de combattants de différentes ethnies. Il a défendu la cause de la libération sociale et du confédéralisme démocratique, c’est-à-dire la coexistence libre, égalitaire, solidaire et pluraliste des peuples à travers des processus de démocratie directe, avec le féminisme, l’écologie et l’économie coopérative, dans un environnement géographique, en effet, où jusqu’à récemment prévalaient la théocratie, l’obscurantisme, le conservatisme de la morale, l’appauvrissement débridé, l’oppression et l’exploitation imposées par les relations productives semi-féodales, le despotisme patriarcal, les conflits et divisions raciaux et religieux constants. Les États criminalisent l’internationalisme révolutionnaire et prolétarien parce qu’ils voient que la réalisation de cette valeur universelle ébranle les fondements de l’oppression et de l’exploitation sur lesquels le capitalisme est construit. Les États du centre capitaliste ne supportent par l’idée que leur apparente paix artificielle soit perturbée violemment par un soulèvement social ou une révolution, d’autant plus si elle se propage à l’échelle internationale. C’est pourquoi ils procèdent méthodiquement à l’isolement politique et la punition ostentatoire des militants internationalistes. En persécutant un combattant en particulier, ils cherchent à porter un coup significatif à la cause révolutionnaire elle-même, aux luttes sociales et de classe internationalistes. En l’espèce, l’État français, par l’intermédiaire du ministère public et du juge d’instruction, étiquette Libre Flot en terroriste islamiste, bien qu’il sache pertinament qu’il s’est battu contre l’État Islamique. En bref, l’État Français cherche cyniquement et calomnieusement à assimiler le rôle, les motivations et l’action des combattants du mouvement de libération kurde aux fondamentalistes et aux djihadistes de l’État islamique, selon le récit bien connu des deux extrêmes, dont l’extrême réactionnaire est toujours le berceau du complexe autoritaire de l’État et du capital, révélant ainsi l’hypocrisie et la complicité essentielle de ceux qui partagent cette rhétorique ridicule et fragile.

En outre, il convient de mentionner que les militantes et les militants qui se trouvaient au Rojava, même pour des raisons journalistiques, ont été interdits d’entrée dans les pays qui relèvent de l’espace Schengen et dépouillés de leurs passeports de manière vindicative. De même, les gouvernements des métropoles capitalistes occidentales non seulement ne reconnaissent pas l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie, mais continuent de maintenir le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et ses organisations fraternelles sur leurs listes d’organisations terroristes, restent silencieux en tant que complices de l’isolement d’Abdullah Öcalan sur l’île d’Imrali, soutiennent l’embargo sur le Rojava qui étrangle les peuples de la région et envoient du matériel militaire aux Turcs. Cet État occupe militairement une partie du Kurdistan et attaque les combattants et les combattants de la lutte de libération kurde même avec des armes chimiques. Nous ne nous attendions à rien d’autre de la part des États. Après tout, ce sont des mécanismes répressifs qui surveillent les conditions de l’exploitation de classe imposée. Le but est que ceux d’en bas comprennent leur rôle réactionnaire, parce qu’ils agissent contre toute perspective révolutionnaire et libératrice.

Libre Flot est en détention provisoire prolongée et à l’isolement cellulaire depuis son arrestation. Le commandant de la prison des Yvelines (Bois d’Acry) l’a informé que sa détention à l’isolement avait été décidée par de hauts fonctionnaires et que rien ne serait fait pour son cas avant les élections. Le traitement vindicatif du camarade s’avère donc être une question purement politique qui pèse lourdement sur la direction même de l’État Français. En d’autres termes, il s’agit d’une mascarade judiciaire orchestrée qui vise à isoler socialement et politiquement le militant Libre Flot, à criminaliser l’internationalisme et à chasser l’engagement politique actif à la cause de l’émancipation sociale et de classe mondiale. L’État Français renforce déjà sa stratégie préventive anti-insurrectionnelle afin de protéger son hégémonie à l’intérieur du pays et de la protéger des troubles sociaux indésirables. Dans ce contexte, il a récemment interdit le Groupe antifasciste de Lyon « GAL » et l’organisation de solidarité avec le peuple palestinien « Palestine Vaincra ». De tels développements devraient nous préoccuper particulièrement, car cette stratégie des États n’est pas si éloignée de nos propres parties, après tout. Nous avons vu des militants ciblés et persécutés de manière vindicative et des collectifs politiques entiers ciblés par les forces de l’ordre et la répression de l’État. La loi, après tout, est le résultat de l’équilibre actuel des pouvoirs. Par conséquent, si nous ne nous organisons pas et si nous ne massifisons pas les lignes de résistance sociale et de classe, il n’y aura aucun moyen d’arrêter l’arbitraire des autorités de poursuite de l’État et leur intention d’imposer un silence de cimetière à la société.

Nous sommes solidaires et solidaires de la lutte du combattant social et révolutionnaire internationaliste Libre Flot, qui est en grève de la faim depuis le 27/2/2022, exigeant sa libération, parce qu’il est injustement détenu dans les prisons de l’État Français, à la suite d’un montage des services antiterroristes de la France. En soutenant la lutte de Libre Flot, nous soutenons en même temps la lutte de libération des peuples du Rojava, c’est-à-dire la révolution sociale vivante de notre temps, la nécessité de l’autodéfense prolétarienne contre l’arbitraire étatique et le despotisme, mais aussi la cause même collective de l’émancipation humaine universelle et de la révolution sociale.

Le 4 avril de cette année, jour de l’anniversaire du camarade Libre Flot, a été désigné comme une journée internationale d’action pour la sortie de Libre Flot. Ce jour-là, nous sommes intervenus avec des banderoles, des slogans, des astuces et des textes, en grec et en Français devant l’entrée du consulat Français de Thessalonique / Institut Français. Après la fin des interventions, la police a procédé à l’arrestation de 8 personnes, qui jusqu’à ce moment sont détenues à l’AT Toumbas sans avoir aucune information si les arrestations sont converties en arrestations.

LIBÉRATION IMMÉDIATE DU COMBATTANT SOCIAL ET RÉVOLUTIONNAIRE INTERNATIONALISTE LIBRE FLOT QUI EST EN GRÈVE DE LA FAIM DEPUIS LE 27/2/2022

LES ÉTATS SONT LES SEULS TERRORISTES

A BAS LA JUSTICE FRANCAISE

L’ARBITRAIRE ET L’ARROGANCE DES ÉTATS NE RECULENT QU’AVEC DES LUTTES SOCIALES ET DE CLASSE MASSIVES ET DYNAMIQUES

POUR LA RÉVOLUTION SOCIALE AU ROJAVA

POUR LA JUSTESSE DE LA LUTTE POUR L’ÉMANCIPATION SOCIALE MONDIALE

Initiative libertaire de Thessalonique (membre de la Fédération anarchiste)

 

CERTAINS SONT DES HEROS, ALORS QUE D’AUTRES SONT DES TERRORISTES
Déclaration pour la journée internationale de soutien à Libre Flot.
Publication originale.

Le 24 février l’armée russe à lancé sa guerre de conquête contre l’Ukraine. Cette guerre brutale a créé un sentiment de choc à travers le monde. En réponse, des milliers d’internationaux se sont précipités en Ukraine pour participer à la défense. Ils sont reçus à bras ouverts, peu importe leur point de vue politique. Nombreux sont ceux à travers le monde à les considérer comme des héros, particulièrement dans l’Ouest et même certains gouvernements.

A la même saison sept ans plus tôt, les forces emmenées par les Kurdes ont libéré la région de Kobanê dans le nord est de la Syrie des militants de l’Etat Islamique qui y avaient infligé une cruauté inimaginable à la population. Mais il faudra quatre ans de plus pour que les Forces Démocratiques Syriennes Kurdo-Arabes prennent leur dernier bastion sur la rive est de l’Euphrate à Deir-ez-Zor. Comme aujourd’hui en Ukraine, de nombreux internationaux de la Chine au Brésil ont fait le voyage jusqu’en Irak et en Syrie et combattu aux côté des forces locales contre ce groupe terroriste. Libre Flot était l’un d’eux.

Libre Flot est allé en Syrie à cause de son amour pour la vie, l’humanité et la liberté. En véritable internationaliste il a vu cette souffrance lointaine comme la sienne, le combat contre la tyranie dans un autre pays comme son propre combat. Malgré tout, après son retour il n’a pas reçu un accueil héroïque mais à été suivi par la police, son téléphone mis sur écoute. Il a été arrêté le 8 décembre 2020 et, sur la base d’accusation bancales et de preuves douteuses, a été placé en détention préventive à l’isolement pendant 15 mois sous le prétexte d’être le leader d’une organisation terroriste.

Pendant que les médias français et les politiques chantent les louanges des volontaires partis se battre en Ukraine, et pendant que l’armée française continue ses soit-disant opérations antiterroriste au Mali, au Chad et dans d’autres pays, Libre Flot -quelqu’un dont le seul crime a été de combattre un véritable groupe terroriste dans un pays étranger pour défendre la liberté de son peuple à été enfermé dans la prison de Bois D’Arcy jusqu’à aujourd’hui.

Libre Flot est toujours en grève de la faim à l’heure où nous parlons. Il a déjà perdu 16kg mais son esprit reste fort et sa détermination à se battre pur sa liberté reste inchangée. Aujourd’hui, le 4 avril, est un jour symbolique. Pas seulement parce que c’est l’anniversaire de Flot ; c’est aussi l’anniversaire d’Abdullah Ocalan qui purge une peine de prison à vie en Turquie depuis 1999. Aujourd’hui nous sommes réunis, pas seulement pur montrer notre solidarité à Libre Flot, mais aussi pour montrer notre solidarité avec tous les prisonniers politiques autour du monde.

Aujourd’hui, 37 jours après le début de sa grève de la faim nous exigeons la fin de cette grotesque parodie de justice. Nous exigeons son immédiate libération. Nous condamnons ce système judiciaire corrompu qui a privé Libre Flot et tant d’autres de leur liberté sur la base de la présemption de culpabilité. Nous condamnons la logique antiterroriste qui est employee par l’état français et tant d’autres pour réduire au silence les activistes politiques et les dissidents. Nous condamnons l’hypocrisie de l’état français qui violes éhontément sa propre devise “Liberté, Égalité, Fraternité” et persécute celles et ceux qui se battent pour la respecter.

Solidarité avec Libre Flot !

Solidarité avec tous les prisonniers politiques !

Personne n’est libre tant que tout le monde n’est pas libre !

Un groupe international de solidarité à Libre Flot.

Conférence de presse: la déclaration d’une inculpé.e censurée par les journalistes

Depuis le 8 décembre 2020, nous faisons face à différentes formes de violences médiatiques. Il a fallu que l’un d’entre elleux mettent sa vie en danger pour que les journaux s’y intéressent.

Ce jeudi 31 mars, les avocat.es de notre camarade Libre Flot, Me Bouillon et Kempf, organisaient une conférence de presse afin de faire connaitre au public la situation très grave dans laquelle se trouve leur client. Camille, co-inculpée et proche de Libre Flot avait décidé d’y aller pour passer un message qu’elle avait pris soin de rédiger.

Pas un mot ne sera retenu par les dizaines de journalistes présent.es.

La violence journalistique, c’est de ré-écrire (à la va-vite et en reprenant les termes policiers) la vie d’un.e inconnu.e.

La violence journalistique, c’est de participer à la dépossession de la parole d’une concernée.

La violence journalistique, c’est de chercher l’ « aventure » dans le malheur, comme actuellement avec la grève de la faim de Libre Flot.

Pour les journalistes qui ne souhaient pas reproduire ces violences, voici le communiqué de presse d’une concernée :

 

« Bonjour, je m’appelle Camille,

je fais partie des sept personnes qui ont été mises en examen à la suite de ce fameux « coup de filet dans l’ultragauche » le 8 décembre 2020.

Depuis plus d’un an, l’institution judiciaire s’est abbatue sur nous avec une férocité et une violence inouie. Aujourd’hui, je suis réellement, profondément fatiguée et désemparée face à cette machine à broyer. Nous avons connu des conditions d’incarcération particulièrement rudes avant d’être libéré.es. Nos amis, familles, entourages, se sont tour à tour auditionner par la DGSI, l’instruction continue de faire exister un « groupe » quand bien même l’absence de lien entre plusieurs d’entre nous a été prouvée et surtout un projet qui n’existe nulle part ailleurs que dans le récit construit par la DGSI. Si quelques entorses à la loi ont pu être démontrées, celles-ci remontent à 8 mois avant nos arrestations et aujourd’hui encore, personne ne comprend quels seraient les éléments qui enclenchent nos arrestations ce 8 décembre.

Depuis le début de cette procédure, chacun des accès à nos droits a dû faire l’objet d’une rude bataille pour être arraché. Je suis d’abord rentrée en procédure pour dénoncer les fouilles à nu systématiques à chaque fin de parloir dont je faisais l’objet et que le chef d’établissement refusait de m’enlever. Je n’ai pu avoir accès au dossier qu’au bout de 5 mois après avoir fait appel sur le refus des juges d’instruction de me le donner et ce alors qu’ils m’avaient déjà plusieurs fois auditionné. Toutes les nullités déposées par mes avocat.es, portant principalement sur la légalité des méthodes d’enquête utilisées à notre enconre, se sont vues rejetées.

Récemment, nous avons pu obtenir deux nouvelles avancées: la levée des interdictions de communiquer entre Libre Flot et moi, ainsi que la livée de l’isolement. Mais une fois encore, force est de constater qu’elles ont dû être arrachées. La livée des interdictions de communiquer n’intervient qu’au bout de 15 mois de procédure, plus de 3 semaines de grève de la faim et une hospitalisation, quand bien même la relation que nous partageons est clairement établie au dossier. La sortie d’isolement intervient au bout de nombreuses tentatives de procédure pour y mettre fin de la part de ses avocats et surtout dans un contexte dramatique où, désormais alité et ne pouvant plus se lever, il n’est de toutes façons pas à même d’en profiter.

Malgré l’immense soulagement qu’elles provoquent, ces avancées ne peuvent donc pas être considérées comme des victoires. Elles répondent tout juste au minimum de dignité et d’humanité que l’on aurait dû nous octroyer dès le début de nos mises en examen.

La logique judiciaire a jusqu’ici voulu que chacun d’entre nous soit relaché à l’issue de ses interrogatoires devant monsieur Jean-Marc Herbaut. Encore une fois, ce n’est pas le cas de Libre Flot. Il a alors décidé, depuis le début de sa grève de la faim, de déposer chaque jour une demande de mise en liberté, qui ont jusqu’ici toutes été refusées. Dans les motifs invoqués, on retrouve une nouvelle fois l’amalgamisme qu’il ne cesse de dénoncer avec force: « le contexte anxiogène des attentats islamistes ». Ce que demande Libre Flot aujourd’hui à travers sa grève de la faim, ce n’est pas d’arracher des miettes, c’est simplement la fin du traitement d’exception qu’il subit depuis le début, basé uniquement sur son engagement au Rojava. Il demande que l’on cesse de le comparer aux terroristes qu’il a combattu. Il demande, tout comme nous, à pouvoir se défendre correctement.

Monsieur Herbaut, il est temps que cet acharnement cesse. »

Vidéo : Libérez Libre Flot! Dupont-Moretti démasqué.

LIBÉREZ LIBRE FLOT ✊! DUPONT-MORETTI DÉMASQUÉ 👺
 
⚡ Légalement, l’isolement carcéral est une mesure extrêmement violente et exceptionnelle. Renouvelé tous les 3 mois, et sur décision finale du garde des sceaux au bout d’un an. Considéré comme de la torture blanche par des instances de droits humains, sa durée doit être la plus courte possible, validée par un médecin et justifiée par des éléments concrets.
 
⚡ Dans les faits, c’est totalement banalisé dans les prisons, souvent pour punir les détenu.es. Les prisonnier.ères trans y sont régulièrement placé.es, comme Jennifer l’a été pendant 9 mois.
 
⚡ Les durées sont systématiquement démentielles, comme pour le guadeloupeen Fabrice Boromée qui y est maintenu depuis plus de 5 ans.
 
⚡ Les souffrances que l’isolement inflige sont connues mais passées sous silence. Plusieurs dizaines de personnes y sont donc quotidiennement torturées.
 
⚡ En temoigne Dupont-Moretti dans cette vidéo où il prétend « ne pas savoir » qui est Libre Flot. Combien d’êtres humains brise-t-il chaque mois sans même savoir qui iels sont ?

NOUS VOULONS SA LIBERATION IMMEDIATE !!!

🤜🏽 TRIBUNE 🤛🏽
🤜🏽 PETITION 🤛🏽

 

Libre Flot : nouvelles au 31e jour de grève de la faim

Nous avons appris la levée de l’isolement pour Libre Flot, le jour de son hospitalisation. C’est une avancée qui redonne de l’espoir, car la prochaine étape est sa libération. Libre Flot continue donc sa grève de la faim, jusqu’à ce qu’on lui donne ce qu’il réclame: le droit de se défendre dans la dignité.

La levée de son isolement est peut être aussi une simple formalité administrative nécessaire à son hospitalisation, voilà aussi la réalité de l’enfer carcéral et de son extrême déshumanisation des détenu.es.

Après 15 mois d’isolement ILLEGAL, il a fallu que sa vie soit en danger pour qu’il soit levé, PROVISOIREMENT.

Son avocat, Raphael Kempf lui a rendu visite ce mardi 29, il écrivait en sortant :

« J’espérais ne jamais voir ça dans ma vie d’avocat. Je sors de l’hôpital de la prison de Fresnes. J’ai vu Libre Flot dans sa cellule.

C’est son 30e jour de grève de la faim. Il pèse 47 kg (63 d’habitude). Il est sous perfusion pour ne pas sombrer. Son visage est livide.

Dans sa cellule, quand son esprit arrive à se concentrer un peu, il lit Mona Chollet ou « Terre et Liberté » d’Aurélien Berlan et un essai sur le Rojava.

Il écoute Anne Sylvestre (beaucoup) et les Beruriers Noirs (un peu moins, ça peut se comprendre).

Il y a des endroits en France qui l’attendent, qui l’accueillent. La justice le sait. Hâte qu’il soit libéré.« 

 

Nous aussi avons hâte, et continuerons d’exiger sa libération immédiate tant qu’il le faudra !

Ce lundi 04 avril aura lieu une Journée Internationale de Solidarité pour Libre Flot !

Nous invitons tous les camarades à se saisir de cette occasion pour manifester votre soutien. Libre Flot est un militant antifasciste, il a soutenu la révolution démocratique, écologiste et féministe du Rojava, il a beaucoup oeuvré à l’acceuil des exilé.es, à Calais notamment.

Il est aussi votre camarade. 

🤜🏽 TRIBUNE 🤛🏽
🤜🏽 PETITION 🤛🏽

 Prochains rassemblements :

02 avril – Rennes – 14h – Place de la République

04 avril – Paris – 18h – Ménilmontant

04 avril – Toulouse – 18h – Palais de Justice