Prise de parole du 8 mars – Rennes

Prise de parole, 8 mars, Rennes

“En europe, on assiste a une montée de la rhétorique fasciste. Les partis fascistes exigent un retour au role traditionnel de la femme. Ils visent à detruire les acquis des mouvements de femmes et à les assimiler dans un système qui ne sert que leurs intérets. Cela se fait plus subtilement dans les pays occidentaux, sous la forme de la defense de leurs propres femmes contre les etrangers qui entrent dans le pays . Lorsque nous regardons les années 30, la correlation entre les crises systémiques hégémoniales et les montées fascistes devient évidente. Dans les périodes de troubles profonds du système capitaliste moderniste, les attaques contre les femmes augmentent. Le fascisme entre en conflit avec la libération des femmes et promeut un modele suprémaciste blanc. Ce faisant, la vie autonome des femmes devient la plus grande cible des attaques. Cette attaque ne peut etre contrée que par une stratégie commune et une lutte contre le fascisme”

Ces phrases nous viennent des femmes kurdes révolutionnaires du Rojava, dont le mouvement est considéré comme « terroriste » par l’État français aujourd’hui, alors qu’iels ont contribuer à faire reculer DAESH.
Et de ce fait, les militant.es qui se nourissent de cette philosophie politique sont particulièrement surveillées. C’est sur ces bases qu’a commencé la traque des inculpé.es du 8 décembre.

Il y a une réalité dont j’étais personnellement éloignée, réalité qui est entrée dans la chair d’une amie depuis le 8 décembre, réalité que dorénavant en tant que proches nos quotidiens côtoient. Nos coeurs écoeurés pètent à l’intérieur, avec la peur du bruit qu’ils font, parce que l’une des notres est enfermée et ils peuvent tout en faire. Cette réalité c’est celle de la prison, de l’enfermement.

C’est aussi celle des parloirs, du bus porte d’Orléans, le direct pour Fleury-Merogis, celle des femmes dont il est le quotidien et de ce fameux cabas à carreaux zippé où sont entassées des petites choses bien pliées, espérant que ce ne soit pas refusé dans un geste de mépris des maton.ne.s . Mercredi dernier, la brigade des stups était là à nous attendre, pour fouiller les véhicules des visiteur.euses avec les chiens. Dans ce contexte anxiogène, un père qui venait visiter sa fille est décédé devant la prison, son coeur a lâché. Courage à ses proches. Les familles ont été obligées de prendre en charge son secours, devant le mépris total de l’administration pénitentiaire.

Depuis la vague d’arrestations du 8 décembre, 5 personnes sont enfermées dans des prisons parisiennes et 2 sous contrôle judiciaire pour « association de malfaiteurs terroristes criminels ». L’État les accuse d’avoir pensé commettre une action violente, et les garde depuis maintenant 3 mois. Au nom de l’antiterrorisme, ils continuent l’enquête, à l’affût du moindre mot, cherchant à déceler une potentielle intention criminelle dans leurs écoutes téléphoniques, en inversant les lettres ou en lisant à l’envers, qui sait ?

Nous savons que l’absurdité de leur détention est loin d’être un cas isolé, que la détention provisoire est largement utilisée et que des vies cassées par la prison, il y en a un paquet. On sait que la majorité de la population carcérale est masculine, mais on oublie souvent que la peine est double : l’enfermement a un lourd poids moral, psychologique et financier sur les proches, qui sont très majoritairement des femmes. D’après une enquête, près de 9 visiteurs sur 10 sont des visiteuses. Si l’on pouvait s’y attendre pour les conjointes, puisque les hommes représentent 96,6 % de la population carcérale, c’est plus étonnant pour les autres proches (8 fois sur 10 une mère) ou les frères et sœurs (3 fois sur 4 une soeur). Et quand c’est elles qui sont enfermées, très souvent elles sont délaissées.

Les conditions d’incarcération des inculpé.e.s du 8 décembre sont celles des « détenus particulièrement signalés » et de l’antiterrorisme: iels subissent une surveillance renforcée et ont un accès restreint aux activités et à leurs droits. La prison, au nom de la justice, s’autorise toutes les infamies : isolement, fouilles, travail très mal rémunéré, violences physiques et torture psychologique. Elle enferme aussi des femmes trans dans des quartiers d’hommes, les mettant directement et gravement en danger. En tant qu’outil de gouvernance d’un état patriarcal et raciste, elle contraint les corps, enferme et contrôle celles et ceux qu’il traque au quotidien: les personnes pauvres et racisées. Par sexisme, les femmes, elles, sont plus souvent psychiatrisées et condamnées à la camisole chimique. Une femme qui n’obéit pas n’est qu’une folle.

Les prisons françaises sont surpeuplées, grignotant sur le peu d’intimité des détenu.e.s, et n’ont aucun effet positif. En tant que féministe nous ne pouvons pas accepter que la prison soit vue comme une solution. Elle est une honte. Nous ne pouvons plus supporter que l’État justifie son existence injuste par la potentielle incarcération de nos violeurs, qui de toute façon ne sont presque jamais inquiétés surtout quand ils sont blancs, des classes supérieures ou ministre.

Nous voyons l’État renforcer son arsenal répressif, intensifier le fichage et stigmatiser comme « ennemi dangereux » plusieurs catégories fragiles de la population. Avec l’outil antiterroriste, ce sont les musulmans et musulmanes ou perçues comme telles , ainsi que les militants et militantes libertaires ou indépendantiste qu’ils visent. Les inculpés du 8 décembre en font aujourd’hui les frais, et nous appelons à les soutenir.

Nous luttons contre les différents systèmes de domination, nous en sommes fières et ne nous laisserons pas enfermer pour nos idées !

Face au fascisme et à l’autoritarisme grandissant, nous dénonçons les attaques islamophobes, antisémites, homophobes, sexistes, transphobes, et les restrictions des libertés de plus en plus flagrantes.
Notre camarade de Rennes et ses co-inculpés enfermés doivent être libéré.es, les accuser de “terrorisme” est une aberration.

Soyons fortes ensemble, libérons-nous, la sororité est notre force !

Nous ne pouvons accepter ces durcissements autoritaires dont, entre autres, ces détentions abusives sont les témoins.